lundi 17 novembre 2014

Le billet d'humeur du Président. Aujourd'hui : Les dangers du TAFTA (Trans Atlantic Free Trade Area)


Nouveau depuis septembre 2014, ce rendez-vous avec la délégation  CCFD - Terre Solidaire de Gironde, aura lieu 7 fois dans l'année sur les ondes de RCF Bordeaux. Coup de coeur ou coup de gueule sur l'actualité de la solidarité internationale, c'est un billet d'humeur du CCFD- Terre Solidaire de Gironde exprimé par la voix de son président, Michel Dorémus.  

Prochain rendez-vous : mardi 18 Novembre 7h42 - 12h13 - 18h25  

sur RCF Bordeaux 94.6 Arcachon 88.9


Vous pouvez lire ci-dessous la transcription du billet diffusé le 8 octobre dernier à propos du TAFTA  ( Trans Atlantic Free Trade Area):
 
« Ce projet aboutirait tout simplement à la capture de nos législations sociales, sanitaires, environnementales, fiscales, par des multinationales étrangères ».
Ce propos inquiétant a été tenu il y a quelques mois par six acteurs de la société civile, par ailleurs chrétiens engagés, spécialistes des questions d’économie et de pauvreté.
Ce projet apparemment si dangereux est connu sous le nom de TAFTA (Trans Atlantic Free Trade Area). C’est un accord de libre échange en négociation entre les États-Unis et l’Union Européenne, visant à abolir les barrières pouvant entraver les échanges commerciaux.
Cet accord ne devrait pas concerner les pays du Sud, mais les enjeux de TAFTA dépassent largement le cadre transatlantique ; il modifiera l’évolution du commerce international, offrant un pouvoir démesuré aux acteurs privés, au détriment de l’intérêt général.

 3 objectifs affichés
  •  Supprimer tous les droits de douane pour les échanges de biens (avec quelques exceptions).
  •  Ouvrir l’accès au marché des services en aplanissant tous les obstacles règlementaires.
  •  Favoriser l’accès aux marchés publics en supprimant les dispositifs de protection.
 Au moins 3 raisons de s’interroger
  •  D’abord un manque de transparence : les négociations se déroulent dans le plus grand secret.
  •  Ensuite, la mise en place de tribunaux d’arbitrage indépendants  permettra aux entreprises de poursuivre des États, s’ils considèrent que les politiques publiques et les réglementations des dits États constituent des entraves à leur activité commerciale. Chacun  peut  facilement percevoir les conséquences d’une telle possibilité.
  •  Enfin, la disparition des différences en matière de normes, sociales et  sanitaires par exemple, conduira inévitablement à une « harmonisation par le bas ». C’est inquiétant pour nous ! C’est méprisable pour les pays du Sud !
Le 31 décembre prochain est annoncé comme date butoir de la fin des discussions.
Depuis le début, le CCFD Terre Solidaire fait entendre sa position auprès des pouvoirs publics français et européens, en mettant en avant les dangers que le TAFTA fait courir aux pays du Sud. Il continuera.
Le 8 octobre 2014
Michel DOREMUS



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire